historique du château de clavières

Publié le par jeaninechevalier

Le dernier propriétaire du château de Clavières est la famille de La Salle de Rochemaure, dont le membre le plus illustre fut le Duc Anne-Louis-Hercule Félix (né en 1856 et mort en 1915), grand seigneur mégalomane et majoral du Félibrige, historien du pape Gerbert et des troubadours cantaliens.

A Clavières , le Duc reçut énormément et les repas  de 100 couverts y étaient fréquents. Des gens illustres y étaient présents et l’on a pu voir, face à face, Henri d’Orléans , petit-fils de Louis-Philippe et le Prince Roland Bonaparte…Des heures particulièrement fastes !

L’ abbé Raymond Four, curé d’Ayrens et ami de Vermenouze, était grand ami du Duc, si l’on en croit la préface écrite pour ses Chansons d Auvergne. La guerre de 1914 et des ennuis familiaux ont beaucoup affecté le Duc qui s’éteignit en 1915. Après la mort de la Duchesse, en 1930, le château et ses trésors artistiques furent mis en vente par ses fils. Pendant plus de huit jours, on accourut de toute l’Europe pour acheter meubles, boiseries, plafonds, cheminées, livres, objets d’art. On retrouve dans le Cantal, des restes de cette fabuleuse vente. Mais les plus belles pièces sont parties à l’étranger : des tabatières en argent , offertes par François-Joseph, une canne ciselée, don du pape Léon XIII…Le magnifique édifice ne fut plus entretenu et donc voué à la ruine. Au soir du 25 mai 1936, jour de foire à Aurillac, la foudre tomba sur le château. Les pompiers, alertés par le fermier, arrivèrent. Hélas, les étangs du château avaient été vidés la veille pour être nettoyés. Les pompiers, impuissants, virent s’écrouler les murs du château. Au matin, seul le grand portail des réceptions restait debout. Aujourd’hui, il ne reste rien de cette résidence historique que fréquentaient les plus hauts dignitaires de l’époque, les ruines ayant été vendues par les actuels propriétaires.

Publié dans chateauclavieres

Commenter cet article

rouerguauvergne 22/01/2017 15:27

Le site a bien l'air de ne plus être entretenu, mais au cas où quelqu'un est intéressé : je viens de tomber sur l'acte de vente puis d'échange du château de Clavières en 1647 :

Le 05/06/1646, 3E9062 p.22-25/39 : « Monsieur d’Anglars a dessein d’échanger le château et fond qu’il possède au lieu et paroisse de Flagnac avec autre place, que soit a son gré et bienséance. Monsieur de Pagats aurait offert d’acheter la place de Clavierts, ou autre à la commodité dudit sieur d’Anglars ». Ils font ainsi faire l’estimation des biens du sieur d’Anglars à Flagnac par « Messieurs de Sadours et de Labro, proches parents desdits seigneurs »
Cette estimation se fait dans l’acte suivant, le 08/06/1646 (3E9062 p.24-25/39). L’estimation des biens du Sieur d’Anglars à Flagnac est de 13600£ (sans les rentes, ni la terre de Montplaisir, qui relève de la chapellenie, ni ce qui a été « del laguaion »). Antoine de MOURET va donc employer cette somme à l’achat de la place de Clanières ou d’une autre (le sieur d’Anglars ne dispose sans doute pas de la somme lui-même) et ils feront l’échange aussitôt après.
Le 11/03/1647 (3E9063 p.7-14/50) Antoine de MOURET achète la « place seigneurie et domaine de Clavières (ou Clanières ?) à Jean de GISCART, baron de Mierac, Cavanhac, Clavières et autres places. Le château de Clavières est composé de « six voûtes deux salles et @ … chambres couvert de tuiles d’ardouèzes (= couvert d’ardoises), de deux granges et étables couvertes de paille…. ». La vente se fait pour la somme de 16100£. Le baron de Cavanhac la vent pour pouvoir payer ce qu’il doit à son beau-frère le seigneur de la Vayssière dans son CM du 24/01/1635 (Mandegon notaire de la paroisse de Bourese (aujourd’hui Borrèze (24)) juridiction de Salanhiac en Périgord). L’acte est passé à Figeac.
Autre copie du même acte p.15-18/50.
Le 17/03/1647 (3E9063 p.19-47/50) Le baron de Pagas échange la seigneurie de Clavières (paroisse d’Ayrens en Auvergne) qu’il vient d’acheter avec la seigneurie d’Anglares (ou Anglars) appartenant à Antoine de SEGUY (seigneur d’Anglarès). Cette seigneurie d’Anglares comporte un château « au fond duquel est une voute et dessus trois salles, une tour de vil (tour de guet ?) et au côté il y a trois chambres sans comprendre le galetas, couvert de tuiles de brique a crochet ; dans ledit château de et chambres n’y ayant que trois cheminées et seulement dans le grand corps de logis, sans aucun pavé, vitre ni soliveau ni blanchissure de muraille ; au devant duquel château il y a une grange et tineyral et pressoir joignant ensemble… », « Confrontant du chef et d’un côté avec chemin nommé del Puech et avec autre chemin public allant du présent lieu (de Flagnac) au village de Lacombe, d’une part avec le jardin de Pierre BOUQUIER bourgeois, jardins de Mr Antoine CASTE notaire et de Guillaume CASSAN »

lacroix 30/04/2011 21:27



au sujet du commentaire n°22 du 5/02/2011


voici quelques lignes de correspondance écrites par le duc de la salle de rochemaure au sujet des vitraux.


"La chapelle de mon chateau de Clavières-Ayrens (Cantal), d'où je vous écris, a un de ses vitraux consacré à saint Gérald de Sales et à son frère Grimoald. Celle de mon chateau de Doux, également
voisin d'Aurillac, possède une grande fresque représentant saint Gérald bénissant son frère comme abbé des Alleuds"


extrait d'un livre sur la vie de saint Géraud de Sales écrit en 1907.


je ne sais pas si ça peut vous aider dans vos recherches.


 



peragin 05/02/2011 01:56



en faisant des recherches et me documenté , je suis arriver sur ce site . je possède depuis peut des vitraux qui je ne suis pas encore très sur ! appartenue au château . mon grand- père en avait
fait l acquisition il y a très longtemps mais je ne sais comment . il est inscrit 1763- capelle de clavieres -1808 sur  l étendard de gauche et sales du doux  sur l autre. auriez vous
des photos des armoiries ,blason ou renseignements que je puisse continuer mes recherches .



Alain Rouquier-Perret 05/01/2011 10:14



A ma connaissance, le Duc de la Salle n'avait pas de propriété en Bretagne. Cependant, il avait fait l'acquisition de l'ancien hôtel particulier de Cambacérès, rue de l'Université à Paris. Ceci
pourrait expliquer la venue de votre grand-mère dans le Cantal.



Anne Marie PECHER 21/07/2010 09:08



Bonjour, Ma grand tante Marie Yvonne Chemin était domestique au chateau de Clavières en 1912 elle s'est mariée à Ayrens avec le maître d'hotel Jean Marie Cochet  avec comme témoin Louis
Roussillon Jardinier lui aussi au chateau  !


Je cherche tout simplement des documents voir photos qui témoigneraient de la vie de ma grand tante Maternelle d'autant plus qu'elle était bretonne de Bourg des Compte (Ille et Vilaine) et bien
entendu je me demande comment à cette époque elle a pu arriver dans le Cantal.


Sauf si les chatelains possédaient une propriété en Bretagne voire en Région Parisienne.


Merci d'avance si vous pouvez m'aider à connaître mieux cette Grand Tante et ce aux fins de généalogie.


Anne Marie